Guyane

Accidents vasculaires cérébraux (AVC)

Article
L’accident vasculaire cérébral est une pathologie fréquente (130 000 hospitalisations par an), grave (33 000 décès par an) et à l’origine de nombreuses situations de handicap.
Troisième cause de mortalité en France, c’est la première cause de handicap acquis de l’adulte et la deuxième cause de démence.
Corps de texte
AVC

Qu'est-ce qu' un AVC ?

L'accident vasculaire cérébral (AVC) est une souffrance brutale d'une région du cerveau, causée par un vaisseau qui se bouche où se rompt.

  • Il existe deux mécanismes principaux, l’hémorragie (20% des cas) et l’infarctus cérébral (80% des cas).
    Dans l’un et l’autre cas, chaque minute compte. L’amélioration des délais de prise en charge dépend de la réactivité du système de soins et de l’information de la population afin d’éviter des pertes de chances liées à une prise en charge  tardive.
  • Les facteurs de risque des AVC sont aujourd’hui bien connus
    On peut citer l’hypertension artérielle (HTA) qui est responsable de 35 à 40% des accidents vasculaires cérébraux, le tabagisme, l’obésité abdominale, l’alimentation trop riche et le manque d’activité physique. 
    Ces cinq facteurs représentent 80 % du risque en population et sont tous modifiables, accessibles à la prévention et fortement liés aux conditions de vie des personnes.   

Tous les âges de la vie sont concernés par ces facteurs de risque. 

L'AVC en Guyane

L' AVC est la première cause de mortalité en Guyane. 
La surmortalité due à l'AVC en Guyane est importante: + 77,9% chez les hommes et + 22,5% chez le femmes par rapport à la moyenne nationale.
Ce constat est dû aux nombreux facteurs de risques non encore maîtrisés: Hypertension artérielle (HTA), alcool, tabac, diabète, surpoids, sédentarité.

Le taux de mortalité par AVC des moins de 65 ans en Guyane est 3 fois plus important qu'en métropole.

D'où l'importance d'une admission précoce en milieu spécialisé, au mieux une unité neurovasculaire (UNV).

A ce jour, la Guyane utilise la télé-expertise avec l'UNV de Martinique (CHU de Fort-de-France) qui valide les indications de thrombolyse. Les services des urgences des Centres Hospitaliers Guyanais réalisent les thrombolyses et surveillent les patients.

Le PRS Guyane 2011-2015 affiche l' AVC comme une priorité majeure de santé publique.
Le projet de "télé-AVC pour la Guyane" a été retenu comme une des 5 priorités dans le Projet Régional de Télémédecine de Guyane 2011-2015

Quels sont les symptômes des AVC ?

Une priorité, faire connaître les symptômes qui doivent alerter :

  • faiblesse d’un côté du corps,
  • paralysie du bras, du visage,
  • difficulté à parler,

qui peuvent être accompagnés de troubles de l’équilibre, de la vision ou de maux de tête violents, inhabituels, accompagnés de nausées et de vomissements.
Si l’un de ces symptômes est constaté, et même s’il disparaît après quelques minutes, il peut s’agir d’un AVC.

Un réflexe : appeler le 15 car chaque minute compte

À chaque minute qui s’écoule avant le traitement, le patient victime d’un AVC perd en moyenne 1,9 million de cellules cérébrales. Le risque de dégradation irréversible ou de décès augmente donc à chaque minute.

  • Ne pas faire boire ni manger
  • Ne donner aucun médicament
  • Ne faire aucune injection même si c'est le traitement habituel.

Aller plus loin

France AVC Guyane

 

France AVC Guyane

l' Association France AVC Guyane

Contact à l' ARS Guyane

Dr Bruno PROVOST