Guyane

Les Journées Caribéennes du Dépistage

Actualité
Date de publication
Visuel
Affiche de l'édition 2017 de la journée caribéenne du dépistage VIH
Affiche de l'édition 2017 de la journée caribéenne du dépistage VIH
La Guyane se mobilise une nouvelle fois pour les Journées Caribéennes du Dépistage du VIH, grâce à des actions de dépistage et de prévention organisées par les acteurs locaux du VIH, orchestrées par la coordination régionale de la lutte contre le VIh/Sida (COREVIH) de la Guyane en partenariat avec l’Agence Régionale de Santé du territoire.
Corps de texte

Objectif : Inciter la population au dépistage du VIH au moins une fois par an comme l’est recommandé par le Rapport Morlat et le Conseil National du Sida.

L’épidémiologie du VIH en 2017 

D’après les données de l’ONUSIDA, au niveau mondial, en 2015, 36,7 millions de personnes vivent avec le VIH. En France, plus de 150 000 personnes vivent avec le VIH. Si on rapporte le nombre de découvertes de séropositivité à la population, ce taux varie beaucoup d’une région française à l’autre. En Guyane, en Guadeloupe, en Martinique et en Île-de-France, ce taux est beaucoup plus élevé. Aujourd’hui, la région Centre-Val de Loire et la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur sont également concernées. Les départements d’outremer concentrent 8% des nouvelles découvertes, pour seulement 3% de la population.

La zone des Caraïbes dont fait partie la Guyane Française est la 2eme région la plus touchée après la zone africaine.

Sur le territoire Guyanais beaucoup d’initiatives sont mises en oeuvre comme : l’incitation des patients à se faire dépister par les soignants, dépistage communautaire, dépistage hors les murs par les associations (ayant mandat), les missions avancées en CDPS renforcées, le déploiement des TRODS (tests rapides d’orientation diagnostic), la délivrance en pharmacie des autotests depuis le 15 septembre 2015.

Les premiers cas de SIDA rapportés en Guyane datent du début des années 80. Et le premier plan VIH/Sida date de 2003. A cette époque, la transmission mère enfant excédait les 10%, et le taux de succès thérapeutique était bas : 42% de succès. Ces stratégies de santé publique, on permit de mobiliser les acteurs autour de cette problématique. Grâce à la mise en place de réseaux ville-hôpital, de consultations d’observance, d’actions de dépistage hors les murs, de campagnes de sensibilisation vis à vis d’un dépistage régulier etc. Les diagnostics tardifs ont diminué de moitié (cd4 < 200) et les succès thérapeutiques sont passés à plus de 80%.

Malgré un dépistage de plus en plus précoce, les délais entre l’infection et le diagnostic restent longs. En Guyane, plus de 2.000 personnes vivant avec le VIH sont prises en charge par le système de soins, mais encore des centaines de personnes s’ignorent comme étant porteuse du VIH.L’existence et le maintient d’une « épidémie cachée » traduit par ce retard au diagnostic.

D’où les recommandations actuelles qui sont de rappeler que le dépistage en Guyane (sur le littoral comme les zones isolées) est préconisé d’être effectué une fois par an à tout individu sexuellement actif. Aujourd’hui, la Haute Autorité de Santé, préconise l’importance de l’augmentation de cette fréquence de dépistage, dans l’objectif notamment d’améliorer l’espérance de vie des patients vivant avec le VIH (en savoir plus).

Et l’intérêt du dépistage ?

  • L’intérêt individuel : connaitre son statut sérologique (et pas seulement lors d’une prise de risque), afin d’être pris en charge au plus tôt, et ce, en vue d’une amélioration de sa survie et de sa qualité de vie. De fait, grâce aux traitements, l’infection par le VIH devient une maladie chronique, sinon il est important de rappeler qu’elle reste une maladie mortelle et transmissible. D’autant plus que cette démarche amène la personne à prendre soin de sa santé sexuelle, et donc, à faire d’autres tests pour d’autres Infections Sexuellement Transmissibles (dont certaines IST sont asymptomatiques) pour éviter d’autres transmissions.
  • L’intérêt collectif : L’effet collectif vient du fait que si le virus circule moins, au sein de la population générale, le risque de transmission est diminué, voir inexistant. La connaissance de son infection permet à la personne de prévenir le risque de transmission du VIH et ouvre la voie aux traitements. A ce jour les traitements ARV sont très efficaces, ils permettent de diminuer considérablement le taux de virus dans le sang, le lait maternel, le sperme et les sécrétions vaginales, et donc, de contrôler le virus.

Connaitre sa séropositivité permet aussi à une personne d’adopter des comportements de prévention au quotidien, d’être prise en charge et accompagnée sur le plan social, psychologique, et médical.

Si l’espoir d’un vaccin est encore très lointain, nous pouvons agir sur l’épidémie du VIH en diminuant le taux de virus circulant au sein de la population.

Se dépister régulièrement pour connaître son statut VIH est un acte citoyen ayant valeur d’exemple : le VIH c’est l’affaire de tous.

Planning des actions prévues sur la Guyane 

  • Ile de Cayenne :

    • 23/06/2017 : Session dépistage à l’Arbre fromager de 8h à 12h (1 rue Francois ARAGO)
    • 24/06/2017 : Emission radio « Fo zot savé » avec Fabien Sublet sur Guyane 1ère à 10h – thématique : Intérêt du dépistage pour tous
    • 24/06/2017 : Emission sur radio Mozaïque avec Médecins du Monde de 8h à 10h
    • 24/06/2017 : Intervention session de dépistage de 15h à 19h, à la cité Brustus
    • 26/06/2017 : Session de dépistage à Entr'AIDES de 14h à 20h (10 rue Pichevin, à Cayenne)
    • 27/06/2017 : CDAG exceptionnelle au CHAR : Session de dépistage
    • 28/06/2017 : Emission sur radio Rossignol avec Médecins du Monde et le Réseau Périnat à partir de 14h
    • 28/06/2017 : Intervention session de dépistage à partir de 14h jusqu’à 17h, à Matoury, au feu de Balata Est
    • 28/06/2017 : Session de dépistage de 14h à 18h au CDAG, du CHAR
    • 28/06/2017 : Inauguration de l'antenne hebdomadaire de prévention / dépistage, au local municipal PASS/PMI, à Matoury/Balata
    • 01/07/2017 : Session de dépistage Marché de Cayenne de 3h-9h dans la nuit du vendredi 30/06 au samedi 1/07
  • Centre littoral :
    • 27/06/2017 : Stand prévention, orientation et proposition de dépistage par TROD, au Marché Condamine de 8h à 14h, à Kourou. Partenariat : Ader, Croyances et Santé sexuelle, Pharmacie Colibri.
    • 28/06/2017 : Stand prévention, proposition de dépistage par TROD, au local d’ADER de 8h30-12h30 et 14h-17h, (64 rue Duchesne)
    • 29/06/2017 : Journée d'information, d'orientation et proposition de dépistage par TROD de 9h-17h au local de Croyances et santé Sexuelle quartier Berlioz, à Kourou. Partenariat : Ader
    • 29/06/2017 : Stand de prévention et proposition de dépistage du VIH par TROD de 15h-18h à Sablance, à Macouria
    • 30/06/2017 : Stand prévention et sensibilisation au dépistage, proposition dépistage classique de 8h-14h au Laboratoire Carage, à Kourou (6 av Léopold Heder)
    • 30/06/2017 : Stand de prévention devant le CeGGID de 7h30-13h, à Kourou. Partenariat : Ader
    • 30/06/2017 : Stand prévention, proposition de dépistage du VIH classique et par TROD de 8h-12h, au Service Social Santé Publique, du CMCK.
    • 30/06/2017 : Stand prévention, proposition de dépistage par TROD de 8h-12h, au local d’ADER
    • 1/07/2017 : Stand de prévention, proposition TROD, au marché du bourg de Sinnamary de 8h à 12h. Partenariats : Ader, Croyances et Santé sexuelle, Planning familial
  • Ouest Guyanais :
    • 27/06/2017 : Incitation et orientation vers le dépistage dans le hall du CHOG
    • 27/06/2017 : Information, orientation vers dépistage Trod ou sérologie, stand devant le Cegidd du CHOG
  • Est Guyanais :
    • 27/06/2017 : Action de dépistage de 7h-10h et 16h-19h, quartier Martin Saint-Georges de l'Oyapock. Partenariat Croix Rouge, CDPS de Saint-Georges, DAAC Guyane
    • 28/06/2017 : Action de dépistage de 8h-11h et 16h-19h, Quartier Savane1 à Saint-Georges de l'Oyapock