Les associations au plus près des patients précaires

Actualité
Date de publication
Visuel
coordination associations
La Croix-Rouge française, Médecins du Monde, DAAC, le réseau Kikiwi, Ader, GPS, les membres des contrats locaux de santé et les CCAS se sont coordonnés dès le début de l’épidémie de Covid-19 pour apporter l’information et permettre l’accès aux soins des publics précaires du littoral.
Corps de texte

L’épidémie de Covid-19 a mis à mal le fragile équilibre qui permet aux familles des quartiers les plus précaires de vivre, constate Florence Huber, médecin coordinateur de la Croix-Rouge française. Enfants qui ne se nourrissent pas avec la fermeture des écoles, arrêt des transports en commun, peur d’être contaminé en se rendant à l’hôpital, fermeture des marchés, interruption des jobs, confusion entre les contrôles des déplacements et les contrôles de la PAF ont enfermé chez eux tout un public pour qui l’accès aux soins est déjà difficile habituellement.

Pour éviter que l’état de santé de ces habitants ne s’aggravent, les associations ont coordonné leurs actions dès le début de l’épidémie : Croix-Rouge française, Médecins du Monde, DAAC, le réseau Kikiwi, Ader, GPS, les membres des contrats locaux de santé et les CCAS. « Nous avons mis en place deux coordinations interassociatives dès le début de l’épidémie : une sur l’information des publics précaires du littoral et l’autre sur l’accès aux soins de ce même public, détaille Florence Huber.

Les membres des associations tournent dans les quartiers précaires de la communauté d’agglomération depuis un mois. Avec des sonos, en faisant du porte à porte, ils expliquent la situation à leur public. Chaque semaine, ils proposent des consultations non-Covid lors de huit à dix vacations dans les quartiers. C’est le cas par exemple à  Cogneau-Lamirande (Matoury), Sablance (Macouria), piste Tarzan (Cayenne et Rémire-Montjoly), Stoupan (Matoury)… Dans le même temps, un médecin de la Croix-Rouge propose du télé-avis et des téléconsultations tous les jours de 7 heures à 14 heures, à destination des patients sans droits, dans le cadre de la plateforme mise en place par la GMC.

"Les associations ont contribué, en particulier GPS, à la création de messages audio et vidéo dans de nombreuses langues parlées en Guyane, et organisent l'aide alimentaire dans les quartiers défavorisés.

Le planning des Equipes mobiles sanitaires

Planning de la semaine du 20 au 24 avril 2020