Fermeture exceptionnelle de l’IME Yépi Kaz dans un contexte de violences envers les personnels

Communiqué de presse
communiqué presse visuel

Fermeture exceptionnelle de l’IME Yépi Kaz dans un contexte de violences envers les personnels : l’ARS prend acte et apporte son soutien aux agents et aux usagers

L’Agence Régionale de Santé a été informée de la décision de fermeture temporaire de l’Institut médico-éducatif
(IME) Yépi Kaz, prise conjointement par la direction et la présidente de l’association ce jeudi 16 septembre en
raison d’un climat de violences croissantes à l’encontre des personnels.
L’ARS en prend acte et exprime ses regrets.

Cet événement fait suite à plusieurs semaines de pressions. Des grévistes, agents de l’établissement, ont en
effet procédé au blocage répété des bâtiments. Malgré des tentatives de dialogue de la part de la direction, les
tensions ont atteint leur apogée le 15 septembre dernier. Elles se sont manifestées par des insultes et des
menaces à l’encontre des agents présents. Dès le lendemain, les personnels grévistes ainsi que la « caravane
de la liberté »
et plusieurs personnes inconnues de l’établissement se sont introduites dans l’enceinte de
l’Institut. Du fait de leur comportement agressif, la protection psychique et physique des enfants et adolescents
accueillis ainsi que des personnels ne pouvait plus être assurée.

Dans ce contexte, la fermeture exceptionnelle de Yépi Kaz s’avère inévitable. Elle aura toutefois un impact sur la
prise en charge d’un public particulièrement vulnérable car présentant des polyhandicaps pour lesquels un
accompagnement spécifique et permanent est nécessaire.

L’ARS condamne fermement ces actes de violence et invite au rétablissement rapide des conditions de
travail et d’accueil sécurisées. Elle apporte tout son soutien aux personnels et à la direction de l’IME
Yépi-Kaz en cette période difficile, et déplore les conséquences que de tels agissements entraineront
pour les enfants, adolescents et travailleurs en situation de handicap concernés, ainsi que pour leurs
familles.