Guyane

Echouages d’algues sargasses : l’ARS procède aux mesures et rappelle la conduite à tenir.

Communiqué de presse
Visuel
Communiqué de presse - visuel générique
Faisant suite aux échouages d’algues sargasses le week-end des 16 et 17 mars derniers, en lien avec la commune de Cayenne, l’ARS a procédé ce matin à une nouvelle vérification des concentrations en ammoniac (NH3) et en sulfure d’hydrogène (H2S) dans les rues du front de mer de Cayenne (place des Amandiers, points Buzaré, Anse Nadau).
Corps de texte

Les dépôts d’algues observés dans les anses du centre-ville restent à ce jour relativement limités en volume. Bien que des odeurs « marines » soient par ailleurs nettement perceptibles dans les rues proches du front de mer, les mesures effectuées ce matin n’ont pas montré de présence d’ammoniac ou de sulfure d’hydrogène et ce, même à proximité immédiate des dépôts d’algue. Aussi, la situation au 20 mars ne justifie pas de fermeture des écoles situées à proximité du front de mer.

L’ARS poursuivra quotidiennement cette surveillance pour exclure tout risque.

A ce stade, les recommandations applicables restent les suivantes :

- Pour les personnes sensibles (femmes enceintes, enfants en bas âge, personnes âgées, insuffisants respiratoires, asthmatiques), se tenir éloignés des dépôts d’algues. Consulter un médecin en cas de symptômes irritatifs (toux, irritations des yeux, vertiges, maux de tête) après une exposition à des algues sargasses,

- Ne pas manipuler les algues en décomposition,

- Eviter la baignade et le contact avec les masses d’algues flottantes,

- Eviter les zones de bord de mer où des algues se sont accumulées en quantités importantes.

Ces recommandations sont susceptibles d’être complétées en fonction de l’évolution des échouages et des résultats des mesures d’air dans les jours à venir.

L’ARS rappelle en revanche que la qualité de l’air est actuellement très dégradée depuis plusieurs jours en raison des poussières du Sahara, elle invite la population à suivre les recommandations sanitaires diffusées notamment sur le site d’ATMO Guyane.