Guyane

Actions de formations et de sensibilisation pour aidants Alzheimer et maladies apparentées

Appel à projets / candidatures
Médico-social
Statut
En cours
Accroche
L’ARS lance un appel à candidatures pour la réalisation d’actions de formation et de sensibilisation auprès des aidants de malades d’Alzheimer ou maladies apparentées, Parkinson et Sclérose en plaques
Corps de texte

Cet appel à candidature est lancé dans le cadre du plan maladies neuro-dégénératives (PMND) 2014-2019, dont un des 12 enjeux (n°7) est consacré au soutien des proches aidants dont font partie les aidants familiaux : La mesure 50 prévoit la poursuite de la mesure 2 du plan national Alzheimer 2008-2012.

Celle-ci vise à offrir aux familles, qui accompagnent un parent malade, des connaissances et des outils essentiels à la compréhension des difficultés du malade, à l'adaptation de l'environnement et au maintien de la relation aidant-aidé.

  • mieux prendre en compte les attentes des aidants et assurer une meilleure évaluation de leurs besoins,
  • améliorer la formation à destination des aidants en consolidant une approche commune, sur la base des évaluations réalisées pour donner lieu à des recommandations en termes de structuration et modalités de déploiement,
  • contribuer au développement d’actions en direction des aidants et élargir le champ d’intervention,
  • permettre de bien vivre la relation d’aide et poursuivre le soutien au développement des réponses « aidants-aidés …

Il s’inscrit également dans le contexte :

  • des nouvelles dispositions prévues par la loi du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement,
  • des travaux d’études et d’évaluation de la politique d’aides aux aidants2
  • de la démarche actuelle menée par la CNSA visant à capitaliser les différentes actions développées dans l’objectif d’élaboration de référentiels d’actions d’accompagnement et de soutien des aidants,
  • de la mise en place des conférences des financeurs chargées de définir une stratégie commune et un programme coordonné dédié aux proches aidants de personnes âgées dans chaque département.

Dans ce contexte, et dans l’attente d’une révision des cahiers charges nationaux, l’appel à candidature régional 2017 s’inscrit dans un cadre permettant de financer :

  • des actions de formation,
  • et/ou des actions d’information – sensibilisation,
  • et/ou des actions collectives d’accompagnement des aidants

en direction d’aidants de malades d’Alzheimer ou apparentées, mais également les aidants de personnes atteintes de maladies Parkinson, Sclérose en plaques.

Les projets s’adressent aux aidants de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et maladies apparentées, et/ou de la maladie de Parkinson, et/ou de sclérose en plaques.

PERIMETRE DES ACTIONS ELIGIBLES :

L’enveloppe doit permettre le financement de 3 types d’actions :

  • actions d’information
  • actions de formation
  • actions collectives d’accompagnement des aidants à travers des actions d’information et de soutien

Les modalités de mise en œuvre de ces formations sont précisées dans l’annexe 1 (cahier des charges de la formation des aidants et référentiel de formation) de la circulaire du 23 mars 2011 relative à la mise en œuvre des mesures médico-sociales du plan Alzheimer (mesure 2).

Il est possible de les adapter pour répondre aux attentes des aidants de malades de Parkinson ou de Scléroses en Plaque selon les besoins qui auront été identifiés.

Il est également possible d’organiser des actions de formation transverses aux pathologies concernées ou spécifiques en respectant les thématiques définies dans le cahier des charges (connaitre la maladie, s’informer sur les aides possibles, accompagner au quotidien, communiquer et comprendre la personne, être aidant familial).

Les actions de formation :

Les programmes sont déclinés à travers l’articulation de modules distincts qui ont pour objectif de prévenir les risques d’épuisement et permettre aux aidants d’acquérir :

  • des connaissances sur la maladie de leur proche et ses retentissements dans la vie quotidienne,
  • des connaissances sur les dispositifs d’aides et les moyens d’y recourir,
  • un renforcement de ses capacités d’adaptation dans l’accompagnement au quotidien par une sensibilisation concernant les comportements, les gestes et posture,
  • la communication, et la compréhension,
  • une prise de recul sur les conséquences de la maladie, son rôle et sa place en tant que proche aidant, ainsi que sur la relation aidant-aidé.
  • Les actions doivent viser le proche aidant ou l’aidant familial en tant que bénéficiaire direct de la formation ;
  • Ce ne sont pas des formations professionnelles ;
  • Elles sont accessibles gratuitement aux proches aidants ;
  • Elles peuvent faire l’objet d’un entretien individuel en amont et en aval pour s’assurer de la juste orientation vers le dispositif et garantir une construction adéquat du dispositif qui fera l’objet d’une évaluation
  • L’animation des séances doit être assurée par des professionnels compétents relevant des thématiques développées et sensibilisés à la problématique des aidants ; le dispositif d’animation peut s’appuyer sur un binôme professionnel-aidant expert/aidant ressource
  • Elles visent un processus pédagogique permettant à l’aidant de se positionner dans sa situation (au regard de l’expertise des professionnels et des pairs-aidants), de renforcer ses capacités à agir dans le cadre de son accompagnement (savoir, savoir-faire et savoir-être) et à s’orienter vers les dispositifs d’aide adéquats
  • Les techniques et outils sont variables mais doivent garantir d’être au service de la démarche de formation : o Technique d’animation de groupes facilitant l’échange, le partage d’expérience et d’expertise (écoute active, reformulation -notamment par les pairs- etc…)
  • Elles doivent répondre à un minimum de 14h de formation à organiser au regard des besoins des aidants, thématiques choisies et contraintes des aidants sur les territoires
  • Elles doivent viser une moyenne de 10 aidants inscrits au programme de formation
  • Elles incitent les aidants sans obligation à s’inscrire dans ce processus tout au long des modules ;

Les actions d’information/sensibilisation :

Les dispositifs d’information et sensibilisation éligibles à la section IV visent des moments ponctuels d’information (inscrits ou non dans un cycle) sur une thématique généraliste ou spécifique concernant les aidants de personnes atteintes de maladies neuro-dégénératives (mesure 50).

Ces actions peuvent donner lieu à des conférences, forum, théâtre-forum, réunion collective de sensibilisation, etc…

  • Elles doivent viser le proche aidant ou l’aidant familial de personnes MND en tant que bénéficiaire direct de l’information/sensibilisation (information généraliste aux maladies neuro-dégénératives ou spécifique par pathologie)
  • Elles réunissent plus de 20 personnes à minima
  • Elles sont accessibles gratuitement aux proches aidants
  • L’animation des actions doit être assurée par des professionnels compétents relevant des thématiques développées et sensibilisés à la problématique des aidants ; le dispositif d’animation peut s’appuyer sur un binôme professionnel-aidant expert/aidant ressource,
  • Elles doivent pouvoir proposer aux aidants du territoire en complément de la thématique abordée une meilleure visibilité des dispositifs existants (plaquettes, brochures etc…) pour une orientation efficace

Les actions de soutien :

Elles concernent essentiellement des actions de soutien collectif :

Les actions éligibles à la section IV du budget de la CNSA permettent d’organiser de nouvelles modalités de soutien des aidants, à travers par exemple les cafés des aidants, les groupes d’entraide, les groupes d’échanges et d’information, le groupes de paroles…

  • Elles visent un partage d’expériences et de ressentis entre aidants, encadré par un personnel formé, de manière à rompre de l’isolement, favoriser les échanges et l’inter-reconnaissance, et prévenir les risques d’épuisement liés notamment au sentiment de « fardeau »
  • Elles doivent viser le proche aidant ou l’aidant familial en tant que bénéficiaire direct de l’action de soutien et peuvent associer exceptionnellement des professionnels dans le cadre des groupes d’échanges mixtes (sans être des espaces d’analyse de la pratique qui s’adresseraient uniquement à des professionnels)
  • Elles sont accessibles gratuitement aux proches aidants et aidants familiaux à risque d’épuisement ou en situation d’épuisement
  • Elles peuvent faire l’objet d’un entretien individuel en amont et en aval pour s’assurer de la juste orientation de l’aidant vers le dispositif et garantir une construction adéquat du dispositif
  • L’animation des séances doit être assurée/encadré par un psychologue (ou à défaut professionnel formé à la problématique des aidants et à l’animation de groupe) ou par un aidant-expert (ou aidant-ressource) formé à l’animation de groupe, ou encore par un binôme professionnel-aidant expert/aidant ressource
  • Elles doivent répondre à un minimum de 10h de soutien à organiser au regard des besoins des aidants et contraintes des aidants sur les territoires
  • Elles doivent viser une moyenne de 8 aidants inscrits au programme de formation (dans le cadre de groupe mixte aidants-professionnels, le nombre de proches aidants doit être à minima de 4 pour une moyenne de 8 participants)
  • Elles incitent sans obligation les aidants à s’inscrire dans ce processus tout au long des séances

Sont exclues du périmètre d’éligibilité à la section IV :

  • toutes les actions déjà financées par ailleurs, que ce soit dans de cadre de la conférence des financeurs, dans le champ de la prévention (prévention des chutes …), etc.
  • toutes les actions de suppléance de l’aidant à domicile ou en établissement
  • les actions à destination des aidants professionnels,
  • les actions ou dispositifs déjà financés par ailleurs.
     

Pour l’ensemble des projets, une attention particulière sera portée :

  • à l’analyse des besoins
  • des aidants
  • aux indicateurs d’évaluation quantitative et qualitative
  • aux moyens déployés

 

Le montant de l’enveloppe attribuée à l’ARS de Guyane pour le financement des actions est de : 5 000 €

Actions d’information/ formation :

Dans l’attente de la refonte du cahier des charges de la mesure 2 du plan Alzheimer, la base des coûts de la formation est porté à 1400 €.

Il comprend la rémunération du formateur et d’un intervenant ponctuel pour la préparation de la formation (dont les qualifications sont définies par le cahier des charges), le déroulement et l’évaluation de l’action ainsi que leurs frais de déplacement.

Ce montant peut être porté à 2000 € suivant les motifs à expliciter dans la demande.

Actions collectives :

Dans l’attente de la refonte du cahier des charges de la mesure 2 du plan Alzheimer, la base des coûts des actions collectives est porté à 100 € TTC/heure d’intervention.

Il comprend la rémunération du formateur et d’un intervenant ponctuel pour la préparation de la formation (dont les qualifications sont définies par le cahier des charges), le déroulement et l’évaluation de l’action ainsi que leurs frais de déplacement

Cette action doit pouvoir être proposée aux aidants sur l’ensemble de la région Guyane.

NB : Le financement des actions n’a pas un caractère pérenne.

L’attribution de la subvention sera formalisée par la conclusion d’une convention entre l’ARS Guyane et le porteur du projet précisant en particulier la nature du projet, le montant de l’aide accordée, son affectation, les conditions de son versement et les modalités d’évaluation du projet.

Le cahier des charges, le tableau des données de suivi des dépenses des opérateurs (annexes 1 et 4 de la circulaire du 23 mars 2011) ainsi que le questionnaire de bilan d’activité, sont mis à votre disposition dans les documents téléchargeables.

Le dossier de demande d’agrément complet (document Cerfa de demande de subvention et pièces à joindre), est à adresser par courrier, en deux exemplaires.

Chaque dossier de candidature sera à adresser :

  • Par courrier, à l’adresse suivante :

Monsieur le Directeur Général
Agence Régionale de Santé Guyane
Direction de la régulation de l’offre de santé et du médico-social
66, avenue des Flamboyants - CS 40696 - 97336 CAYENNE Cedex.

La date limite de réception des dossiers est fixée au 20 novembre 2017. (Le cachet de la poste faisant foi)